La stratégie

Écoute client

Qualité

Ressources humaines

A ne pas manquer

ACTUALITÉS

Nos clients témoignent

Qui sommes-nous ?

Comptabilité analytique ABC ABM

La gestion des coûts par activité, une nouvelle philosophie de gestion

 

Imagineriez-vous qu’un simple changement des méthodes d’analyse comptable des coûts puisse entraîner des renversements radicaux au sein d’une entreprise ? Que l’on puisse atteindre des rentabilités exceptionnelles grâce à une simple analyse des processus et des flux de l’entreprise ? Il est temps de donner une nouvelle vision de la rentabilité, largement faussée dans le monde de l’entreprise.

 

1. Quel est le problème ?

 

Posez-vous la question suivante : comment est-il possible que le produit phare d’une entreprise s’avère en réalité être largement perdant, alors que le petit dernier est en fait une source importante de profit ? Tout simplement parce que le système de comptabilité analytique n’a pas su évoluer et ne reflète plus la réalité des coûts, et notamment les frais généraux. Aujourd’hui, il n’est pas rare que les frais généraux constituent plus de la moitié des dépenses de l’entreprise. Mais les méthodes comptables étant restées archaïques, on continue très souvent de répartir de façon arbitraire dans les coûts de production, une masse importante de frais dits « généraux », du fait qu’ils ne varient apparemment pas directement avec la quantité produite.

 

2. Attribuer à chacun ce qui lui revient

La comptabilité analytique permet de reconstituer l’architecture des coûts de l’entreprise, et donne ainsi aux dirigeants les informations dont ils ont besoin pour prendre les décisions les plus importantes (par exemple évaluer la rentabilité d’un produit).

A partir de là, comment déterminer les coûts relatifs à chaque produit, chaque client ou chaque mode de distribution, de façon à obtenir une image de la réalité suffisamment fidèle pour conduire à des décisions optimales ?

La solution : imputer à chaque produit ou client tous les coûts le concernant, et seulement ceux-là. Cette approche oblige à réaliser une analyse très sérieuse des dépenses que l’on considère abusivement comme indirectes, et que l’on classe dans les frais généraux.

Cette analyse s’avère difficile. C’est là que l’on peut utiliser l’Activity Based Costing (ABC).

 

3. L’ABC, une méthode d’analyse des coûts par activité

L’ABC est une méthode d’analyse et d’imputation de certains coûts directs, qui étaient jusqu’ici noyés dans une masse de coûts considérés à tort comme indirects, et classés dans les frais généraux. Quant aux frais qui restent et qui sont réellement indirects, ils ne doivent en aucun cas être imputés aux produits.

En passant au crible tous les coûts considérés précédemment comme indirects, on identifie les « activités » qui les composent (par exemple stockage ou recherche et développement). On évalue ensuite le coût de chaque activité, avant de l’imputer aux différents produits ou clients en fonction de la quantité qu’ils en utilisent.

Ainsi, il n’est pas rare de voir certains coûts de produit ou de client divisé par trois, alors que d’autres sont multipliés par deux !

Il faut donc se méfier de toute méthode mécanique d’imputation des frais dit « généraux », et comprendre l’importance de l’enjeu : on ne peut pas prendre de bonnes décisions sur la base de mauvaises informations.

 

Activity Based Costing, en résumé ?

C’est une méthode d’imputation des coûts créée aux Etats-Unis 1986, pour suppléer aux défauts et limites des méthodes traditionnelles (coût, direct, coût variable, coût complet, etc…). L’idée en est simple : le coût de revient d’un produit est la sommes des coûts des processus qui concourent, directement ou indirectement, à sa réalisation. Quand au processus, il consomme des ressources, traduites dans les charges de l’entreprise.

Cette méthode évite les pièges classiques basés sur les concepts de charges directes, charges indirectes, frais de structures et autres frais généraux. La réalité est que l’entreprise est une somme d’activités, et que toutes les activités contribuent à la valeur ajoutée. Il s’agit simplement d’établir le lien entre ces activités et la valeur ajoutée produite.

Quel est le plus de la méthode ABC ?

Beaucoup d’auteurs ont présenté la méthode ABC comme un moyen de mieux imputer les charges fixes. Si cela est certain, je ne retiens pas cela comme principal avantage, mais plutôt que l’ABC est la méthode qui fait correspondre les flux financiers et donc les coûts avec les flux physiques de l’entreprise. En ce sens, c’est une méthode naturelle.

 

Cet article est le résumé d'un article plus complet, paru dans la revue Echanges éditée par la DFCG
Lire l'article entier sur la méthode AB.

>> En savoir plus sur la DFCG

Nos coordonnées

Codesiom Consultants

77, rue Emile Fourcand
33000 Bordeaux

Tel : 05 56 90 82 10
Fax : 05 56 90 82 19

Nous suivre...

foward foward
foward foward